Les élections Européennes approchent (le 25 mai 2014)

nouvelle-europe.jpg

Un scénario que vous pouvez éviter !

Une tendance dans toutes les émissions politiques actuelles (telle que la dernière de Zemmour & Naulleau ou de "Mots croisés" d'Y. Calvi) est de mettre au cœur de tout débat l’Europe (que l'on en parle en bien ou en mal). En effet, maintenant toutes les décisions majeures se prennent au niveau européen, c'est devenu un fait indéniable et de plus en plus évident auprès du grand public.

C'est pourquoi j'ai choisi de vous parler des prochaines élections Européennes car beaucoup de personnes ont du mal à comprendre le concept du "le problème c'est l'Europe mais la solution est encore plus d'Europe" (Fédérale) et surtout de solidarité (ie. harmonisation). Car oui, je suis un fédéraliste convaincu.

Vous pouvez trouver un résumé du rôle du parlement européen (PE) ici ou vous pouvez regarder en direct ce qu'il s'y passe. En outre le PE a une chaîne youtube et un site internet très bien fait. Certes le PE n'a pas un pouvoir énorme mais il est la seule instance européenne élu par scrutin direct. Et donc le seul à pouvoir lutter contre l'impression (générale) que l'UE se résume à une machine technocratique.

Les élections européennes n'ont qu'un tour et se font à la proportionnelle, en France avec la méthode de Hondt au suffrage universel direct, tous les cinq ans. C'est à dire que l'on divise le nombre de votes pour un parti par le numéro de la place pour obtenir les scores définitifs de la liste et établir un classement global. Dernier détail, comme dans toutes élections les listes doivent être paritaires (autant d'hommes que de femmes). Voici également un rappel du résultat des élections de 2009.

Le conseil national (CN) du parti socialiste (PS) a été le premier parti français à rendre public (le 16/11/2013) ses listes aux élections européennes de mai 2014. Ces listes seront ensuite soumises au vote des militants, tout d'abord dans chaque section socialiste le jeudi 21 novembre. Puis elles devront être validées par une convention du PS qui se tiendra le 7 décembre (on ne sait jamais).

Pour rappel en 2009 le PS a obtenu 13 élus en métropole, et un dans l’Outre-mer (la 8ème circonscription), avec uniquement 16 % des voix (les derniers sondages donnent au maximum 19%). Le PS appartient à l’Alliance progressiste des socialistes & démocrates au Parlement européen (S&D) et ses élus siègent donc dans ce groupe au PE.

Les têtes de listes pour les sept circonscriptions métropolitaines sont: (les anciens du PE qui voient leur mandat renouvelé sont suivi d'un "+")

  • Nord Ouest (2 élus en 2009):

La liste sera menée par Gilles Pargneaux (+, proche de Martine Aubry) avec Claude Roiron (proche de Laurent Fabius) et Jean-Louis Cottigny (+) (précision: il n'est pas élu, il retrouve son siège de député européen à la suite de l'élection d'Estelle Grelier à l'Assemblée nationale en juin 2012, il cumule avec le Conseil Général du Pas de Calais).

  • Ouest (2 élus en 2009):

La liste sera menée par Isabelle Thomas (+, proche de Benoît Hamon et soutenue par Jean-Yves Le Drian), avec Emmanuel Maurel (proche d'Harlem Désir) et Françoise Mesnard (proche de Ségolène Royal).

  • Est (2 élus en 2009):

La liste sera menée par Catherine Trautmann (+, présidente du groupe parlementaire S&D, eurodéputée depuis 1989) avec Pierre Priebetich (proche de Rebsamen, mais comme ce dernier postule à un poste de recteur cette place serait pour Martin)

  • Sud Ouest (2 élus en 2009):

La tête de liste sera une femme, issue du PRG (selon Voix du Midi ce serait Béatrice Patrie, exclue du PS et qui a rejoint le PRG). Elle mènera la liste avec le socialiste Eric Andrieu (+, proche de Peillon, il devient député européen à la suite de la nomination de Kader Arif au gouvernement). A noter que c'est la première fois depuis 1999 que le PS a un accord avec le Parti radical de gauche (PRG).

  • Sud est (2 élus en 2009):

La liste sera menée par Vincent Peillon (+) avec Sylvie Guillaume (+, Vice-présidence du Groupe S&D, elle s'est battue contre ACTA) et Zaiki Laïdi (seule proche de Manuel Valls, avec une place non garantie, rendue possible car depuis l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne, la France dispose de deux sièges supplémentaires au Parlement européen)

  • Massif central centre (1 élu en 2009):

La liste sera menée par Jean-Paul Denanot (sur demande de F. Hollande et une vraie surprise) avec Karine Gloannec-Maurin (place non garantie, proche de Peillon et de Moscovici, elle a figurée comme suppléante puis en position non éligible lors des deux précédents scrutins européens)

  • Ile-de-France (2 élus en 2009):

La liste sera menée par Harlem Désir (+), avec Pervenche Bérès (+, proche de Laurent Fabius, députée européenne depuis juin 1994, présidente de la Commission de l'emploi et des affaires sociales et rapporteur sur la crise) et Guillaume Balas (proche de Benoît Hamon).

  • Les circonscriptions d'Outre-mer seront débattues lors d'une prochaine réunion en raison des spécificités des modes de scrutin de ces circonscriptions, mais elle sera conduite par une femme.

Des sites comme http://www.votewatch.eu/ permettent par exemple voir le taux de présence des députés (mais ne permet pas de voir les présences et absences de l'année en cours). Ou encore Lobbyplag qui permet de voir l'influence des lobbys sur les eurodéputés.

Trois grands perdants se démarquent, car relégués en place non éligible malgré un mandat bien rempli, et sans avoir de perspectives futures:

  • Bernadette Vergnaud (2 ème mandat et membre du courant Répondre à Gauche, plutôt indépendante)
  • Liêm Hoang-Ngoc (membre du courant Un monde d’avance, proche de Benoit Hamon) et assez discret suite à cette éviction. Des rumeurs parlent d'Edouard Martin, l'ex chef syndicaliste CFDT de Florange pour le remplacer.
  • Françoise Castex (2 ème mandat et membre du courant Un monde d’avance, proche de Benoit Hamon). Elle s'est fait connaitre par le public lors de son combat contre ACTA

Celles-ci n’avaient pas de mots assez durs (ici ou ici), le week-end dernier, pour dénoncer le « jeu de courants et de pouvoirs politiques » à l'œuvre au sein du Parti socialiste. Pourtant tous membre du PS depuis bien longtemps, or même les jeunes apprennent vite les règles du jeu.

En effet le PS se subdivise en différents courants et la nette baisse du pouvoir détenu par B. Hammon se fait ressentir. Mais ce n'est pas la seule raison, pour le cas de F. Castex nous rappellerons ses prises de positions contre les lobbys et l’intérêt du gouvernement sur des sujets comme ACTA ou encore le droit d'auteur.

Enfin, il faut y ajouter le vieux dicton de Borgen "A Bruxelles personne ne vous entends crier" c'est à dire que le lien avec les électeurs était difficile à maintenir une fois pris dans les multiples arcanes du système. Les eurodéputés avaient pourtant essayé de tenir des blogs, ce ne fut pas un grand succès. Et comme la plupart de la classe politique, ils n'ont pas su s'adapter aux changements entraînés par les réseaux sociaux. Ce qui explique qu'ils restent, pour la plupart d'entre eux, de parfaits inconnus dans leurs circonscriptions.

Phénomène qui peut également se voir au travers du taux d’abstention, toujours plus important, aux Européennes: "Bruxelles c'est loin".

  • 1979: 60,7 % de participation
  • 1984: 56,7 %
  • 1989: 48,7 %
  • 1994: 52,7 %
  • 1999: 46,8 %
  • 2004: 43,1 %
  • 2009: 40,5 %

Mais les temps changent et maintenant les citoyens souhaitent se voir mieux représenter (plus écouté en fait) au niveau européen et surtout ils se sentent plus impliqués. Ils veulent des retours sur l'activité et les choix de leurs élus et souhaitent pouvoir discuter avec eux; sur Twitter par exemple. Bref ils souhaitent plus de démocratie participative

Les citoyens vont s’intéresser de plus en plus à qui ils vont confier leurs votes. Si mon opinion se vérifie, il y aura un message fort en allant voter (premier message "L'Europe nous intéresse") et donc avec un taux d'abstention plus faible. Et en ne votant pas pour des listes où figurent ceux qui sont envoyés à Bruxelles pour se faire oublier, ou comme punition suite à un échec au niveau national, ou encore pour l'éliminer un rival dangereux du jeu politique national.
Et encore moins en reconduisant des eurodéputés qui n'y vont jamais car ils cumulent avec d'autres postes (2ème message, beaucoup moins fort: non cumul et un vote "éclairé").

C'est pourquoi, s'il vous plait, intéressez vous à vos futurs élus avant de vous plaindre d'eux une fois en place ! Avoir l'honneur d'être un élu Européen n'est pas une punition et encore moins une fonction à négliger. Surtout depuis la crise financière ou avec les accords tel que le TTIP (acronyme de Transatlantic Trade and Investment Partnership).

Un message qui devrait être répété sans cesse si l'on ne souhaite pas assister à un retour en arrière devant la montée des nationalismes.

Edit Et l'UMP ne vaut décidément pas mieux. J'attends les annonces officielles pour faire un billet sur eux.

La discussion continue ailleurs