Débat la Voix est Libre du 09/11/2013

debat.gif

Bonjour à tous, après une assez longue absence j'ai décidé de reprendre le blog de manière assez active. Ce billet a été co-écrit avec Benoit Salles (@infestedgrunt) qui a eu la gentillesse de fast-check la partie sur les transports, il précise qu'il va "être très factuel, parce qu’il existe trois types de discours: la vérité, le mensonge et les statistiques. Bizarrement, je préfère les statistiques".

Pour commencer il faudrait virer l’ingénieur son de manière urgente (écho de la salle, brouillage dans la bande, ... ). Le plateau ressemble très fortement à « Mots croisés » de Y Calvi, le budget en moins. Le présentateur P. Noviello, peu charismatique, se révélera clairement non neutre au cours du débat. Il commence par une explication sur l’absence du maire Mr Cohen (qui n’est pas officiellement en campagne) ainsi que de Mme De Veyrac (absence du maire).

Il procède alors à l’annonce des 3 thèmes dont les candidats étaient informés à l’avance :

  • Transport
  • Logement
  • Sécurité

Présentation et premières impressions

JL Moudenc : Fidèle à lui-même et habitué des médias, posé, clair. Ancien maire de Toulouse (2004 - 2008), il présente une liste qui regroupe l’UMP mais aussi une partie de l’UDI ainsi que la droite souverainiste. A noter également que sa liste sera à moitié civile, sa vision de la démocratie participative.

Note : Bien connu des marchés et autres vides greniers Toulousains, il a décidé d’être nommé tête de liste par Paris. Puis sur les conseils de Mme Arribage d’organiser des élections internes pour les suivants. Enfin, à condition d’être à jour dans ses cotisations depuis deux ans (seulement 1261 sur 2700 adhérents le sont). Seulement 32 personnes seront candidats au final. En effet; Mr Moudenc s’étant réservé le droit d’autoriser ou non telle ou telle candidature, avec en plus un droit de veto a posteriori, qu’il utilisera d’ailleurs pour repêcher Mme Déqué. Grand succès avec 44% de participation (soit 554 votes des militants). Du coup, il se retrouve avec plus ou moins la même liste qu’en 2008 (à savoir la direction de l'UMP 31) pour ceux ayant une chance d’avoir un poste et avec la plupart des «citoyens», qui sont en fait des proches de l'UMP mais non encarté, (faut pas déconner) en fin de liste. A noter qu’ils doivent financer eux-mêmes la campagne, faillite de l’UMP oblige. Rassurez-vous je suis impartial, et ferais donc autant de critiques envers Mr Cohen lorsqu’il se joindra au débat.

A Maurice : Tête de liste EELV sur le thème « écologie et solidarité ». On note de suite l’inhabituelle absence de cravate pour se démarquer, il a un rythme d’élocution très saccadé et est visiblement très nerveux. Il attaque directement avec des éléments de langages (EDL) tel que «sortir du bipartisme», «projet alternatif», «besoin d’un nouveau souffle». Plusieurs erreurs dès le départ s'il souhaitait réellement se démarquer des autres: absence de sa colistière (Michèle Bleuse) dans ce débat très masculin, il répond clairement sur le fait qu’il se ralliera au PS au second tour. Enfin EELV et lui-même font partie intégrante du conseil municipal (et EELV national est au gouvernement), ce qui rend inaudible tout discours de démarquement pour les Toulousains.

Note : Conseiller municipal délégué à l’éducation à l’environnement et président du groupe EELV au niveau de la métropole, il fait partie du CLSPD (Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance, dont le sujet de la vidéosurveillance est une attribution). On le dit très bien vu en interne auprès de la ministre C Duflot.

S. Laroze (FN) Vieux dans sa présentation et dans les idées. Bonne élocution, il ne parle que pour ressortir les EDL nationaux habituels. Il rappelle la montée du FN et le succès grandissant du Rassemblement Bleu Marine.

Note: Retraité (73 ans) ancien ingénieur en aéronautique, cela sera son 25ème scrutin. Renouveau des idées et place aux jeunes, comme dirait Mme Le Pen. Il n’apparait que lors des élections pour mieux disparaître ensuite.

JC Sellin (FDG mais sans le PC). Look «syndicaliste 68ard». Idem, il ne dit rien sur les municipales mais parle des figures nationales, sauf pour préciser que le parti communiste ne s’est pas encore officiellement positionné (il ne viendront pas suite au bisbille national entre JL Melechon et P Laurent et au fait que P Lacaze (PC) et lui ne s’aiment pas particulièrement au niveau local). Il tend la main aux « camarades » écologistes car il dit partager leurs préoccupations.

Note : C’est un instituteur, conseiller municipal déchu par Mr Cohen, suite à son refus de voter le budget de la ville. Il s’est vu retirer son groupe et sa délégation musique. De plus, Il a organisé le Meeting de Mélenchon place du capitole lors de la présidentielle de 2012.

Fin de la présentation, nous pouvons donc attaquer sur les thématiques.

1/ Transports

Les transports de Toulouse (marque Tisseo) sont structurés en 3 sous-sociétés qui ont des rôles bien définis :

Le SMTC possède 50% de la SMAT et 100% de la Régie.

Le SMTC gère et ordonne les projets de transport, la SMAT crée et gère les infrastructures et la Régie exploite ces dernières. Une organisation classique (propriétaire, constructeur et locataire).

Première question préparée, posée par Twitter pour faire moderne, sur les embouteillages. Rassurez-vous ce ne sera plus le cas jusqu'à la fin de l’émission sauf pour diffuser un ou deux tweets sans rapport avec le débat.

M. Moudenc : Il souhaite la construction d'une 2ème rocade pour détourner le trafic autoroutier qui ne passerait alors plus par le périphérique (prioritairement par l'Est, Ndla).

Quelques chiffres:
En 2009, le SETEC et le Transitec ont estimé les déplacements journaliers des véhicules sur le périphérique toulousain (page 54) :

  • 30 000 à 50 000 véhicules/jour pour les déplacements intra-toulousains, soit 8%
  • 270 000 à 290 000 véhicules/jour pour les déplacements entre les agglomérations et Toulouse, soit 55%
  • 200 000 véhicules/jour pour les déplacements intra-agglomération, soit 37%
  • dont 5% sont en transit d’agglomération (ne s’y arrête pas), soit 10 à 27 000 véhicules/jour

Une deuxième rocade pour éloigner seulement 5% du trafic ?
Selon une étude DIRSO/STRU/CIGT Toulouse avec ASF, CG 31 et Direction de la Voirie sur le trafic de la rocade entre 2006 et 2010 (même page du PDU), les sections de la rocade Est de Toulouse sont celles qui baissent en trafic (-0,9% entre Palays et Montaudran à -4,9% entre Croix-Daurade et Gramont). A l’exception de la sortie de l’A62 à Sesquières (+10,2%), les sections de la rocade Sud ont eu la plus forte augmentation de trafic (de +5,4% entre A64 et Empalot a +8,7% entre Rangueil et Lespinet). Il est à noter que le fil d’Ariane entre Blagnac-Grand Noble et la bifurcation de Saint Michel du Touch est celui qui a subi la plus grande augmentation avec +12,2% entre St Michel du Touch et Ritouret. Cette hausse du trafic s’explique par la relocalisation de nombreux sous-traitants d’Airbus et la création d’Aéroconstellation sur Blagnac.

Cette étude a été complétée en 2013 par l’AUAT (Agence d’Urbanisation et l’Aménagement de Toulouse) avec un nouvel état de la rocade entre 2010 et 2011 (page 6 , attention, les pourcentages correspondent à un écart 2010/11 et non 2006/11) avec une reprise général du trafic (autour de 1%). Ni le PDU 2001 ni le PDU 2008 ne mentionnent de développement de voirie dans l’Est de la ville. Par contre, ils demandaient le développement d’une deuxième rocade mais à l’ouest. La même étude montre que la rocade Ouest est la plus saturée avec plus de 120 000 véhicules/jour dans les différentes sections (maximum entre Purpan et La Cépière).

M. Maurice : le présentateur se trompe sur son nom mais il ne réagit pas. Factuel et précis sur le fait que le dossier 2eme rocade n’est pas une bonne solution, comme nous l'avons vu. Il commet par contre un très mauvais choix avec le terme de « Plan Marshall des transports en commun » qui connote et marque idéologiquement son propos.

M. Sellin : Il veut clairement chasser les voix EELV. Bien entendu, il est en faveur des transports en commun mais avec une 2eme rocade circulaire réservé à ces transports en commun en site propre (TCSP). Puis propose la gratuité totale des transports.

Le projet de contournement de Toulouse par les transports était prévu dès le PDU 2001, notamment avec des TCSP sur Balma-St Orens et Tournefeuille, et avec du multimodal sur Saint Orens et sur l’avenue Einseinhower. Actuellement, les TCSP Est (Balma) et Sud-Est (Rangueil-Saint Orens) ont été réalisés. Enfin, Le PDU 2012 prévoit déjà une liaison entre les TCSP Est et Sud-Est, des TCSP sur l’Avenue Eiseinhower et l’Avenue d’Atlanta.

Concernant les lignes transverses, Tisseo a développé de nombreuses lignes :

  • ligne 30 (Aéroport Blagnac – Fenouillet),
  • ligne 113 (Fenouillet Croix – Pechbonnieu Collège)
  • ligne 33 (Bruguière – Argoulet),
  • ligne 83 (Balma Gramont – St Orens-Lycée),
  • ligne 79 (Ramonville – Saint Orens Lycée),
  • ligne 109 (Malepère – Castanet),
  • ligne 11 (Basso Cambo – Saint Agne SNCF),
  • ligne 21 (Basso Cambo – Colomiers Airbus),
  • TAD 118 (Colomiers Gare SNCF – Nord Ouest agglo)
  • et TAD 120 (Aeroconstellation – Nord Ouest agglo)

M. Laroze : Dit qu’il y a une phobie de l’automobile avec la suppression des parkings à Toulouse. Il n’est ni pro ni anti automobile. Il précise enfin que le projet 2ème rocade est infaisable pour des raisons de place car très éloignée à l’est de Toulouse (même commentaire que pour Mr Moudenc sur ce sujet). Or, contrairement à ce qu'il dit, les Toulousains sont pour la piétonisation du centre ville. Les commerçants du centre revendiquent même le même traitement que la rue Pargaminières et la rue de la Pomme.

M. Moudenc : Veut à la fois des transports en commun et des voitures, il est « pragmatique et réaliste », c’est-à-dire avec une vision multimodale des transports (qui existe depuis longtemps). Il dit qu'il y a une urgence: le métro. En effet, il souhaite un prolongement de la ligne B à Labège (projet non financé du Sicoval) et doubler la capacité de la ligne A (avec toujours le même problème d’expropriation pour les stations Basso-Cambo, Mermoz, Fontaine-Lestang et Patte d'Oie que lors de la construction).

M. Maurice : est en désaccord avec le plan de déplacement urbain (PDU) sur les normes écologiques. Il souhaite mettre en place un outil de gouvernance du mille-feuille administratif. C’est-à-dire qu’il souhaite augmenter le maillage et le rythme de passage de bus, par exemple en doublant celle de Linéo. Le présentateur ajoute que le Tram Canal n’a pas été évoqué. J'ajoute les pistes cyclables et le vélib. En ce qui concerne l'outil de gouvernance, bien évidemment le maire de Toulouse ne peut pas le mettre en place seul. En effet vu que le SMTC (créé en 1972) et la SEMVAT (1973) avaient au départ le Conseil Général dans son capital (25% pour SEMVAT). La SMAT l’a, elle, toujours au capital (16,67%). Jusqu’en 2006, le SMTC avait une présidence tournante entre Conseil Général (CG, à savoir Mr Plancade principalement) et Agglomération (Maire de Toulouse). Mais suite à un amendement de D. Paillé (UMP venant de l’UDF proche Douste-Blazy) à la loi sur les transports (L 5721-2 du Code des Collectivités) qui donne obligatoirement la majorité aux agglomérations pour les villes de plus de 400 000 habitants, le CG a quitté le SMTC et ne fournit plus de subventions à cette institution mais participe à la Régie (sur le réseau Arc-en-Ciel) et à la SMAT (par la construction de structure).

M. Sellin parle à nouveau de la situation nationale . Sans intérêt dans une émission sur les municipales. Il reprend les propos (comme depuis le début) d'A. Maurice sur l’augmentation du rythme et du maillage des transports en commun. Il précise qu’1km de métro coute 4x plus cher que le tram. Pour le coût métro/tram, le rapport est un peu plus haut que ce qu'il annonce. Par exemple, les 15,7 km de la Ligne B ont coûté 1 390 M€ (infrastructures et matériels roulants), soit 88 M€/km. Les 10,9 km de la ligne T1 ont coûté 212 M€ (infra+matériels), soit 19 M€/km. Le rapport Métro B/Tram T1 est de 4,6x.

Enfin, il souhaite que la ligne 1 refasse la boucle des boulevards. Certes, à l’inauguration du métro B, la ligne 1 a été tronquée entre Compans Caffareli et Grand Rond par les boulevards à l’ouest. Mais il est bon de rappeler que les lignes de bus passant par le Capitole (lignes 16, 22 et 38) ont été redirigées sur les Boulevards renforçant la présence du bus (ces lignes sont les plus cadencés de Tisseo), en particulier avec la ligne 16. La boucle des boulevards est maintenant assurée par la ligne 1 à l’ouest et la ligne 29 à l’est. Attention, avec les travaux de finition de la ligne Garonne, la ligne 1 est limitée à une navette entre Compans-Cafarelli et Saint Cyprien-République.

M. Laroze : dit que Toulouse possède 900 km de voitures pour 300km de route (aucun de nous n'a pu retrouver ces chiffres même vaguement, mais si vous avez un lien, je l'ajouterai avec plaisir). Il dit qu'il faut augmenter les lignes de métro mais surtout pas de tramway, car celui-ci engendre des nuisances aux riverains, tue les commerces, empêche de couper la route et de se garer. Bizarrement, il parle de la future ligne du BHNS comme d’une ligne de tramway ? Il se fait d’ailleurs reprendre à ce sujet ensuite par Mr Sellin. Point de détail Toulouse a bien plus de 2000 ans.

Concernant le tram, Mr Laroze ne doit pas quitter souvent Toulouse en transport en commun et en tram en particulier. Si le Tram T1 est principalement en site propre sur la commune de Toulouse, des sections en partage de voirie existent à Blagnac (Rue de Grenade entre Servanty-Airbus et Place du Relais ou entre Patinoire et Grand Noble). Il devrait manger au restaurant « Au Fil du Tram » plus souvent dont la traversé des rails est nécessaire. Il ne doit non plus avoir l’habitude de se garer sur l’avenue Louis Aragon. Aurait-il peur pour sa voiture ?

Pour le TCSP Plaisance-Toulouse, il était prévu dès le PDU 2001 vers Basso Cambo et Saint Martin du Touch (à réaliser en 2008) Dans le PDU 2012, le TCSP entre Plaisance et Toulouse Matabiau avec passage sur les boulevards est prévu pour 2015 et Ligne Tram Canal (Pont Jumeaux-Ponts des Demoiselles) pour 2020 Il faut aussi qu’il revoit sa géographie : Aussonne (au nord de Cornebarrieu et à l’ouest de Seilh) va accueillir le Tram avec l’extension vers le nouveau Parc des Expositions (Beauzelle-Cornebarrieu-Aussonne-Seilh). Tout cela est bien loin de Plaisance et de Tournefeuille. Une petite confusion ?

2ème tour de table:

M. Sellin se répète. Le tram est utile et doit être privilégié.

M. Maurice se répète et parle (enfin) des pistes cyclable et vélos et évoque un plan d’urgence pour aider leur développement. Or, la grande majorité des TCSP prévus dans les PDU sont déjà multimodales (bus + vélo) comme nous l'avons dit plus haut.

M. Moudenc est pour toutes les options mais cela doit être fait de manière « efficace au vue des finances dégradées de la ville » mais pas avec un doublage des trajets tram/bus avec les lignes de métro. Il ne répond pas à la question du présentateur qui portait initialement sur la piétonisation.

Petit rappel à l’ancien Président de Tisseo avec le cas de la ligne 29 La Vache - St Michel. Suite à l’ouverture du métro, les lignes 10, 59, 60, 61 et 69 ont été tronqué (Terminus à La Vache pour 59-60-69, terminus à Trois Cocus pour 61 et réaffectation de la 10 en Cours Dillon – Gonin par la Route de Revel). La ligne 15 a été redirigé sur l’avenue des Etats-Unis (tracé du 10) tandis que la ligne 41 a été scindée en 3 avec l’attribution du trajet Amat Massot – Marengo SNCF à la nouvelle ligne 27 (prolongé jusqu’à Lespinet Struxiano ex-terminus du 10), du trajet Vignes – Launaguet Palanque à la nouvelle ligne 26 (rattaché à Borderouge) et ne gardant que le dernier tronçon (Amat Mazot – Jean Zay) mais prolongé jusqu’à Borderouge d’un côté et Chaussas (ex-terminus du 15) de l’autre. Il laisse l’avenue des Minimes, l’avenue F. Estebe et le sud de l’avenue de Fronton et de la Route de Launaguet sans réelle desserte bue (ligne 27 ne fournissant qu’une desserte vers le Lycée Toulousa-Lautrec).
Suite aux mécontentements des Minimes, la création de la ligne 29 entre La Vache et Saint Michel – Marcel Langet en passant par les mêmes stations que la ligne B (sauf Carmes) a permis de répondre à ces problématiques tout en fournissant une ligne relais en cas de panne du métro B (assuré par une navette entre Jean Jaurès et Borderouge). La ligne a depuis été tronquée à Grand Rond pour éviter les doublons avec la ligne 12 et pour ne pas gêner la construction du Tram Garonne.

De plus, en 1993, lorsque la ligne A a été ouverte, le réseau Bus a été revu mais avec des lignes doublons de la ligne A : la ligne 148 (Marengo – Gare du Mirail) a été coupé à Arènes pour devenir la ligne 13 (Arènes – Basso Cambo). La ligne 14 a été redirigée sur Marengo SNCF tout en gardant son tracé sur la rue de Metz et l’avenue Etienne Bilière. Les lignes doublons servent pour les Bus Relais en cas de panne du métro ou du tram. Un renforcement des lignes coûtent moins cher en personnel et en matériel que l’apparition d’une navette (ligne 7 en relais de la ligne A). Le renforcement des lignes ne se ferait que sur celles concernées par la panne.

M. Maurice rappelle l’endettement de Tisseo suite aux deux lignes de métro qui explique le retard pris en développement des transports en commun. Il est bon de rappeler que les deux métros ont été financés avec l’appui du Conseil Général Haute Garonne alors que le Tram a été financé sans cet appui (voir plus haut).

M. Moudenc a le fin mot sur ce thème en disant que de son point de vue à l’avenir, la voiture sera non polluante et qu’il ne faut pas l’oublier en favorisant uniquement les transports en commun.

2/ Logement

Un militant du DAL dans le public, qui malgré sa fiche a du mal à poser sa question, et qui souhaite procéder à des réquisitions « citoyennes ». Il dit que le 115 en est à 95% de refus, après vérification plutôt 75% en fait. La question porte sur le fait que le maire peut le faire grâce à l’ordonnance d’octobre 1945. Selon Moudenc qui cite une étude de l'INSEE dans un article de la Dépêche les logements vacants (en tout) seraient passés de 13 991 en 2008, à 20 516 en 2013.

M. Sellin : Il est pour les réquisitions de logements publics. Il faut établir un rapport de force (?) avec les associations comme le DAL et le maire ne doit pas avoir peur d’un mouvement social. Il dit qu’il y a 2000 logements publics vides sur Toulouse (c'est le chiffre officiel de la Mairie).

M. Laroze : Il est contre la réquisition et pour le droit à la propriété. Ne maîtrise pas le sujet et parle des Roms. Encore.

M. Moudenc : En 2001 avec AZF, Philippe Douste Blazy a voulu appliquer ce droit et au final il y en a eu 40 en tout. Il est contre les squats et veut les évacuer, il ajoute qu’il n’y a quasiment pas de logements publics vides. Enfin, il souhaite instaurer un parcours résidentiel (détaillé plus tard).

M. Maurice: Il est favorable et fait la promotion de la loi Duflot qui permettra de réquisitionner rapidement des bureaux pour les transformer en logement. Le présentateur rappelle qu’il fait partie de la majorité sur ce sujet, comme sur les autres. Et Mr Laroze lui rappelle le droit à la propriété.

Compliment involontaire du présentateur à Mr Sellin. Celui-ci veut instaurer des quotas dans les logements sociaux et une maîtrise du foncier pour permettre à un couple au smic de pouvoir en en obtenir un. Il a partiellement raison, c'est le cas, en comptant pour un couple au SMIC en 2013: 1 430,22 euros brut, soit 1 120 euros net par mois, cela fait 26 880€ par an pour un couple soit plus que le plafond de 26 487€. Mais ce n'est pas le cas pour un jeune couple sans enfant ou dans le cas d'une famille monoparentale.

M. Laroze : Il est contre la «discrimination positive» et dit que les étrangers ont une priorité à l’accès au logement social. Il souhaite instaurer une préférence aux Français. Il ne peut avancer aucune preuve à ses propos car il est illégal en France de réaliser ce genre d'étude. Par contre il existe en effet un public prioritaire.

M. Maurice : Il est pour mais rappelle que Toulouse est déjà à 20% de logements sociaux prévus par la loi et devra passer à 25% comme le dit la loi Duflot. Il précise que cette compétence relève du niveau de la métropole et non de la mairie. Il a raison pour le cas de Toulouse mais en fait cela dépend des OPH dont la collectivité de rattachement peut être une commune, un établissement public de coopération intercommunale ou un département. Il souhaite un transfert des pouvoirs de l’Etat vers le maire pour les logements d’urgences. Enfin, il est favorable pour développer des habitats participatifs tels que le logement léger.

M. Moudenc : Il faut plus de logements d’urgences et sociaux. Il faut surtout accession à la propriété avec des prêts à taux zéro pour les jeunes qui existent déjà (PTZ+). Il souhaite une palette modulable d’accès à la propriété car les situations sont très diverses et varient au cours de la vie.

M. Laroze : Le problème de logement est lié au fait que la France est en voie de tiers-mondisation et paupérisation. Il souhaite connaitre l’origine des 5000 familles (pas pu trouver de liens, encore une fois si quelqu'un en a) qui viennent s’installer à Toulouse tous les ans. Il conclut sur les cas de Montaudran et Borderouge dont les commerçants seraient partis après de nombreux braquages. Encore une fois hors sujet.

M. Maurice : rappelle que Borderouge est lié à Mr Moudenc (qui répond uniquement la place Sud) mais oublie de préciser que ce quartier a été construit en HQE (haute qualité environnementale). Il souhaite une densification douce avec des niveaux supplémentaires aux habitations sans aller jusqu’aux immeubles avec l’exemple du quartier des Chalets.

Précisions de B. Salles: Pour la partie sud, la mise en place a été très longue. Ancien habitant du Faubourg Bonnefoy, j’y ai gardé des amis et certains médecins. Le secteur était triste voir mort lorsque j’y passais. Mais, depuis quelques mois, le secteur est bien plus animé.

M. Moudenc : Distingue place Sud (dont il est l'instigateur) et place Nord (dont il ne l'est pas) mais dit qu’il faut nuancer le principe de densité avec des quartiers pavillonnaires qui puissent garder cette caractéristique et d’autres où l’on pourrait en effet bâtir des étages supplémentaires.

M. Sellin : Il revient sur la paupérisation, est d’accord avec A Maurice et gagne son point Godwin en répondant à Mr Laroze.

M. Laroze : qui répond sur la Bulgarie et Roumanie qui vont entrer dans l’UE (depuis 2007 mais je pense qu'il voulait parler de leur adhésion à l’espace Schengen en 2014) et fait le lien et avec 400 caravanes qui seraient installées à Montaudran (encore une fois pas je n'ai pas trouvé de preuves sur ces chiffres mais 400 me parait une nette exagération). Mr Sellin réplique aux propos de Mr Laroze. Encore une fois une discussion sans intérêt pour des municipales.

Bizarrement, le très haut débit (lié aux logements) n’a été que sur le volume des intervenants.

3/ la Sécurité

Question d’un représentant des bijoutiers dans le public sur la vidéosurveillance: (cf . mon billet sur le sujet).

La police municipale peut être armée. En effet, selon le décret n° 2000-276 du 24 mars 2000 autorise ceux-ci à porter des armes de 6ème catégorie: bombes lacrymogène, matraques de type « bâton de défense » ou « tonfa ».
Ses compétences sont de:

  • assurer le bon ordre, la sécurité, la sûreté, la salubrité et la tranquillité publique (L2212-5 du code général des collectivités territoriales)
  • la bonne application des arrêtés municipaux
  • le relevé des infractions routières
  • le relevé des infractions au code de la voirie routière (L116-2 du code de la voirie routière) et au code de l'urbanisme

En résumé: PV, circulation et médiation.

M. Maurice : La vidéosurveillance n’est pas une réponse efficace mais une atteinte aux libertés individuelles. La sécurité est avant tout un sentiment, les toulousains souhaitent en fait la tranquillité puis est coupé dans sa réponse par le présentateur.

M. Moudenc : Pour la « vidéoprotection » (encore ce novlangue) avec des centaines de caméras, la sécurité sera sa priorité. Il veut doubler les effectifs de la police municipale (comment ? avec quel budget ?). Il veut également changer le rôle de l’office de la tranquillité en la mettant sous la coupe de la police nationale (PN). Et une complémentarité de la PN avec la police municipale (PM). Il dit que Toulouse est la seule grande ville à ne pas avoir un grand système de vidéosurveillance (ce qui est exact mais très bien selon moi).

M. Sellin : Encore une fois rien au niveau de la municipalité. Il est contre et souhaite une police de proximité mais nationale et républicaine et des concierges. Il est coupé par le présentateur.

M. Laroze : Rien au niveau local tout comme son homologue Mr Sellin. Il évoque Merah et l’UMPS.

Intéressant de noter que les applaudissements du public à ce moment-là changent de camp sur le sujet de la sécurité. D’abord JL Moudenc sur la police puis Laroze sur le laxisme. Le coup de ne pas faire applaudir le FN, alors qu’il y a déjà eu plusieurs applaudissements précédemment, par le présentateur est d’ailleurs assez comique.

M. Moudenc : Le maire a le rôle de la prévention et doit travailler avec l’Etat. Il dit que les animateurs de la mairie devraient travailler avec les éducateurs du Conseil Général. Il souhaite le retour de brigade de nuit, ainsi que des ilotiers grâce au doublement des effectifs. Attaque en règle de Mr Laroze sur l’inutilité de la police municipale qui n’a aucun droit ni pouvoir (et avec raison). S’ensuit un échange vif entre Mr Laroze et Mr Moudenc.

M. Maurice : « Vigilance, médiation, répression », il souhaite une police municipale de proximité et de médiation avec en plus formation des habitants. Il parle d’une initiative citoyenne qui n’ont pas attendu les pouvoirs publics pour se prendre en main et trouver des solutions pour remédier à la situation à la place Belfort en instaurant un marché de nuit et des événements.

M. Sellin: Le vivre ensemble et l’humain d’abord. Il fait le lien entre pauvreté et délinquance et part sur des problématiques nationales (évasions fiscales). D’ailleurs le présentateur le lui fait remarquer (enfin).

M. Moudenc ajoute vouloir rétablir les maires de quartiers (Et pourquoi pas les "arrondissements" de Mme De Veyrac du coup ?).

M. Laroze fait de même que Mr Sellin en parlant de l’immigration comme d'un "sujet tabou".

Conclusion :

On parle de la liste autonome PRG de Mr Plancade (qui ennui beaucoup Mr Baylet) qui a du râler de ne pas avoir été invité d’où le reportage.

  • M. Sellin veut tout changer : transports gratuits, services de proximités, sur la régie publique de l’eau, développement culturel et emploi dans les quartiers populaires.
  • M. Maurice: Toulouse est prête à passer au Vert. Rendez vous le 23 novembre pour l’agora écho-citoyenne.
  • M. Laroze: Fin de l’UMPS, FN 3eme voie. Marine le Pen va changer la situation de la France. Il table sur les élections suivantes.
  • M. Moudenc a le dernier mot. Il veut une métropole plus forte. Il dit avoir une équipe renouvelée mais d’expérience (qui a dit antinomique ?) et pragmatique. Ne dispersez pas votre vote au premier tour, votez bipartisme.

Et des bisous du présentateur à Mr P. Cohen pour ne pas être venu, gâchant ainsi "son" débat (oui, il n'évoque pas Mme De Veyrac).

Ma conclusion, par ordre croissant, de la prestation des différentes têtes de listes:

  • Le présentateur me fait penser à FOG, méprisant avec les petits candidats qu'il n'hésite pas à couper ou à commenter mais jamais avec les "forts" (Moudenc). Il ne réussit pas à calmer le jeu lorsque les propos s'échauffent. Bref, il est mauvais.
  • Mr Laroze a été le plus mauvais, aucune maitrise des sujets, il fait sa campagne uniquement sur le nom de Marine le Pen et l’étiquette FN.
  • Mr Sellin, très communiste, a des propositions irréalistes (gratuité des transports) et répète trop le propos d'A Maurice. Son seul rôle aura été de "contrer" Mr Laroze.
  • Mr Maurice, lent à démarrer, se révèle peu à peu à la fois clair et incisif et surtout il maîtrise ses dossiers. Mais il reste trop timide et commet quelques erreurs.
  • Enfin le meilleur selon moi, JL Moudenc, ce qui s'explique aisément. Si vous avez lu (comme moi, oui je fais partie des 10 personnes qui l'ont acheté) son livre écrit par un stagiaire de 3ème, comme le dirait un des mes blogs toulousains favoris, "Toulouse, 12 défis pour notre ville métropole" vous saviez déjà tout ce qu'il allait dire. Bref rien de neuf sous le soleil mais l'expérience a parlé.

Commentaires

1. Le par Solarus

Je commente ici en tant public en studio lors de l'émission.

Je partage avec vous la plupart des constats, sauf pour Sellin, que j'ai trouvé assez peu caricatural et un tantinet crédible pour un candidat Front de Gauche. Une bonne surprise.

Je dois préciser que les deux "membres du public" ayant eu le droit de commenter l'émission ont été choisis à l'avance. Deux hommes blancs, la cinquantaine, pas du tout représentatifs du public.

Sur la gratuité des transports cela ne me semble pas irréalisable.
Si mes chiffres sont bons, Tisséo vit à 93% de subventions publiques et à 7% de la vente de titres de transport divers.
Instaurer la gratuité reviendrait à prendre en charge ses 7% tout en réalisant des économies sur le matériel et le personnel de contrôle. Je vous invite à y réfléchir une nouvelle fois.

Enfin, oui le présentateur est en effet mauvais, prenant souvent parti dans ses interventions, mais pour sa défense, il a eu raison de faire taire les applaudissements.
En effet le public était largement composé de militants de touts horizons.
Si les premiers applaudissement étaient spontanés, les militants FN ont eu ensuite l'idée d'applaudir systématiquement leur candidat.
Les propos dudit candidats ayant provoqué des échanges verbaux houleux dans le public.

Le candidat et ses militants ont été rappelés à l'ordre par la direction de France 3, et un tel comportement ne sera plus accepté.

2. Le par Raoul Volfoni

Cher ami. Beau travail. N'oubliez cependant pas de verser des droits d'auteur à la Sacem ou le fisc vous tombera dessus pour plagiat.
Mes amitiés au stagiaire de 3ème par exemple.
RV

La discussion continue ailleurs